Bien choisir son combustible.

Tout ce qu'il faut savoir pour bien choisir le combustible de son appareil de chauffage .

Il est important de garder en tête que le bon fonctionnement de votre appareil et la qualité de chauffage de ce-dernier dépendent notamment du combustible utilisé. A travers cet article vous allez pouvoir découvrir quels sont les différents combustibles existants et leurs caractéristiques, ainsi que quelques conseils qui vous permettrons d'optimiser le rendement de votre appareil.

 

Les différents combustibles :

A/ Les bûches : 

  • bûches traditionnelles :

Celles ci sont issues de troncs d'arbres ou de branches, elles sont coupées suivant différentes dimensions : 25cm, 30cm, 33cm, 40cm, 50cm et 1m.

En fonction de l'appareil dont vous disposez (poêle à bois, insert, cheminée à foyer ouvert) vous opterez pour une dimension de bûches adaptées à ce-dernier. Toutefois, il faut savoir que celles de petites longueur sont à privilégier. En effet, le pouvoir calorifique de deux bûches de 25cm est plus important que celui d'une bûche de 50cm. Par ailleurs, veillez à ce que vos bûches soient bien fendues en quartiers, elles brûleront ainsi plus facilement que les rondins pleins.

 

Petite astuce : associez à vos bûches traditionnelles du bois d'allumage.

En effet le bois d'allumage permet d'obtenir une montée en température rapide, qui va entraîner la combustion des bûches destinées à alimenter le feu en phase de croisière. Le bois d'allumage est disponible sous forme de petits tronçons, il est généralement vendu en filet de 20 ou 40 litres. D'autre part, vous pouvez également profiter de vos balades printanières ou automnales pour ramasser du petit bois vous-mêmes qui pourra jouer le rôle de bois d'allumage. Celui-ci se stocke au sec jusqu'à la saison de chauffe et peut être utilisé l'année même du ramassage.

 

  • bûches densifiées, briquettes ou bûchettes :

Ces bûches reconstituées de 20cm de long environ sont issues du compactage de résidus de scierie (sciures, copeaux non traités), donc totalement naturelles. Elles sont dotées d'un pouvoir calorifique élevé en raison de leur faible taux d'humidité (de 7 à 10%) et de leur forte densité, elles dégagent un nombre important de calories sans pour autant produire beaucoup de cendres.

 

  •  Les essences : 

Le pouvoir calorifique du bois varie également en fonction de sa nature, les essences n'ayant pas toutes le même pouvoir énergétique. La densité du bois joue également un rôle primordial dans la combustion. Certaines essences seront donc à privilégier lors des différentes étapes d'utilisation de votre appareil et selon la disponibilité des ressources de votre région.

    • Les bois durs :

Chêne, hêtre, charme, aulne, érable, frêne, orme, noyer*, merisier*, châtaigner* (*attention exceptions parmi les bois durs, ces essences éclatent à la combustion, leur utilisation est à privilégier dans les poêles et les inserts qui disposent d'une vitre permettant de stopper la propagation d'étincelles et d'escarbilles).

Caractéristiques : 

  1. flamme courte
  2. combustion lente et durable
  3. bois à forte densité
  4. pouvoir calorifique élevé
  5. braises qui rayonnent longtemps

Contraintes : 

  1. temps de séchage important

Utilisation recommandée : pour l'alimentation du feu

 

    • les bois tendres :

Les feuillus : peuplier, saule, tilleul, bouleau

Les résineux : sapin, mélèze, pin, épicéa

Caractéristiques : 

  1. flamme vive et flamboyante
  2. combustion vive
  3. montée en température rapide
  4. pouvoir calorifique moyen
  5. peu de braises

 

Contraintes : 

Les feuillus :

  1. produisent des suies pouvant endommager le conduit de fumée en l'absence d'entretien.

Les résineux :

  1. la forte teneur en résine peut provoquer des projections incandescentes et générer un encrassement de l'appareil

 

Utilisation recommandée : pour l'allumage du feu

 

  • Le taux d'humidité du bois :

Il est impératif d'utiliser un bois sec, c'est-à-dire un bois qui présente un taux d'humidité inférieur à 20% à coeur (taux à relever au coeur du morceau de bois fendu). En cas de taux d'humidité supérieur à 20% il convient de faire sécher le bois avant utilisation.

 

Comment reconnaitre un bois sec ?

  1. il ne contient pas de champignons, de moisissures ou de vert sous l'écorce
  2. il est léger
  3. il présente de larges fentes et des craquelures aux extrémités des bûches
  4. facile à allumer, il produit des flammes bleutées et ne fume pas
  5. il résonne lorsque deux bûches sont entrechoquées, alors qu'il produit un bruit sourd s'il est humide

 

Que garantit un bois sec ?

  1. production de chaleur supérieure à celle produite par un bois plus humide
  2. moindre encrassement et rendement optimal de l'appareil

 

Petite astuce : pour vérifier le taux d'humidité de votre bois de chauffage vous pouvez utiliser un testeur d'humidité, qui offre un résultat rapide, précis et fiable. Celui-ci dispose de deux sondes à enfoncer dans les veines du bois, afin d'afficher à l'écran instantanément le taux d'humidité. Ainsi vous pouvez contrôler l'humidité du bois au moment de l'achat et avant son utilisation, et constater s'il peut être utilisé immédiatement ou non. 

 

  • Du bois et rien d'autre : 

Retenez que votre appareil de chauffage au bois a été conçu pour brûler du bois sec et non traité. Il n'est donc pas question d'utiliser un autre combustible qui pourrait provoquer des émanations de fumées toxiques et détériorer votre appareil ou son installation.

Donc NON au :

  1. charbon de bois
  2. bois de palettes (s'il a été traité)
  3. bois peint ou verni
  4. papier de couleur
  5. plastique
  6. caoutchouc (tels que les pneus)
  7. huile
  8. tout autre déchet ménager susceptible d'être brûlé dans le foyer

 

B/ Les granulés :

  • De quoi s'agit-il ?

Le granulé de bois qui est également appelé pellet, est un bâtonnet cylindrique compacté. Celui-ci est issu du compactage de sciures de bois et de copeaux qui sont affinés, le granulé est séché puis fortement compressé, sans colle ni additif. La lignine du bois assure le compactage naturel, ce qui rend ce combustible totalement écologique. Son taux d'humidité est très faible (<10%) optimisant ainsi sa combustion et son pouvoir calorifique.

 

  • Quels sont les critères de choix ?

Un bon granulé est de petite taille et uniforme. Plus sa densité est importante, plus la circulation dans le poêle, entre le compartiment de stockage et le foyer, est fluide.

Il existe 3 labels, basés sur des normes européennes, qui certifient la bonne qualité d'un granulé :

NF

DIN plus

EN plus

Il est important surtout de toujours acheter un granulé certifier afin de préserver au mieux votre appareil.

 

Où acheter son combustible ?

Vous pouvez vous approvisionner auprès des spécialistes de bois de chauffage, des coopératives forestières ou des grandes surfaces de bricolage.

Vous pouvez également préparer vous-même votre stock de bois. Cette activité demande une organisation rigoureuse, l'utilisation d'outils spécifiques et d'équipements de protection, et le respect de règles de sécurités essentielles.

 

Quand acheter son combustible ?

A/ Les bûches traditionnelles : 

Il est recommandé de s'approvisionner un an à l'avance minimum et idéalement hors de la saison pleine de chauffage. Les stocks seront alors facilement disponibles et cela vous permettra également de compléter le séchage en cas de taux d'humidité supérieur à 20%. De plus le bois sera accessible à des prix potentiellement plus faibles que celui utilisable immédiatement. La première année d'utilisation de votre appareil de chauffage il est recommandé d'acheter l'équivalent de deux années de consommation, afin de pouvoir préparer votre bois pour la seconde année.

Toutefois, attention certaines essences de bois telles que le hêtre perdent leurs qualités après plus de deux ans de séchage.

Petite astuce : période conseillée pour l'achat de votre bois de chauffage ; printemps, été et automne de l'année N-1 de chauffe.

 

B/ Les bûches densifiées et les granulés : 

Ils sont quant à eux disponibles toute l'année chez les revendeurs et utilisables dès l'achat. Veillez cependant à ne pas les acheter trop tôt, car au-delà d'une année de stockage leur qualité s'amenuise.

 

Quelle quantité à prévoir ?

 

A/ Les bûches traditionnelles : 

La quantité à acheter va dépendre de différents critères :

  1. le rendement de votre appareil
  2. le volume à chauffer
  3. l'isolation de votre habitation
  4. le climat de votre région
  5. l'utilisation que vous en ferez (agrément ou chauffage)

En moyenne, il faut compter une stère de bois par mois d'hiver pour se chauffer, à condition de savoir gérer cette ressource.

 

Petite précision : le stère équivaut à 1m3 de bûches d'1 mètre de long empilées et un volume équivalant à 1 cube d'1 mètre de côté. Cependant, les bûches dont plus souvent débitées dans une dimension de 33 ou 50 cm. Elles se rangent donc plus facilement, les espaces vides entre elles dont moins importants, elles occupent moins de place.

Conclusion : à volume identique, plus les sections sont petites, plus la quantité de bois est importante.

 

B/ Les granulés : 

La consommation va dépendre de l'appareil et de la configuration de votre habitation. En moyenne, un poêle à granulés consomme environ 1kg de granulés en une heure, soit 1 à 2 tonnes par an.

 

Quel sont les conditionnements ?

A/ Les bûches : 

Elles sont généralement proposées en vrac, plus rarement en filet ou sur palette. En fonction des prestations proposées, vous pourrez les emporter vous-même ou vous faire livrer.

Les bûches densifiées sont quant à elles vendues en packs de plusieurs unités, en quart de palette ou en palette qui comprennent alors plusieurs packs.

 

B/ Les granulés : 

Les granulés sont généralement vendus en sacs de 15 ou 20 kg pour alimenter manuellement les poêles ou inserts à granulés. Une livraison sur palette est possible pour stocker jusqu'à 1 tonne (en big bag ou en sacs empilés).

Il existe également le stockage en silo à granulés. Généralement utilisé pour l'alimentation automatique des chaudières à granulés, la livraison se fait par camion souffleur directement dans le silo.

 

Les conseils pour stocker votre combustible dans les conditions optimales :

A/ Les bûches traditionnelles : 

  • Quel lieu de stockage ?

Sous abri extérieur, ventilé et aéré

  • Quelle durée de stockage ?

2 ans de stockage environ pour obtenir un bois sec (pour rappel taux d'humidité <20%).

  • Conseils :
  1. le bois à sécher doit être fendu pour favoriser l'évaporation
  2. poser le bois sur une palette pour ne pas générer d'humidité via le sol
  3. stockage en cave ou garage déconseillé : l'espace n'y est pas assez ventilé

 

B/ Bûches densifiées et granulés : 

  • Quel lieu de stockage ?

Sous abri intérieur à l'abri de l'humidité

 

  • Quelle durée de stockage ?

1 an de stockage maximum. Au-delà, le combustible devient friable et générateur de poussières susceptibles d'encrasser l'appareil.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *